10.1 C
Bourbourg
samedi 7 décembre 2019

Paul Christophe, né le 10 février 1971 aux Sables-d’Olonne (Vendée), est un homme politique français.

Parcours professionnel
Paul Christophe entre en 1991 dans l’administration, au trésor public, au service des collectivités locales. Il quitte ses fonctions pour rejoindre la commune de Téteghem, en 2002, où il exercera comme directeur général des services jusqu’en juin 2015. Afin de concilier vie professionnelle et responsabilité électorale, il exerce aujourd’hui une activité, à temps partiel, en qualité de contrôleur de gestion. Depuis sa prise de fonction comme Député de la 14ème circonscription du Nord, il n’exerce plus cette activité conformément à la loi.

Parcours politique
Après une première tentative sans succès comme membre d’une liste d’opposition aux élections municipales de mars 2001, il commence sa carrière politique en mars 2008, en remportant les élections municipales à la tête d’une liste apolitique, et devient maire de Zuydcoote sous l’étiquette “Divers droite”. Il est réélu en mars 2014 à la tête de la liste « Ensemble pour Zuydcoote » avec près de 73 % des voix.

En 2012, suppléant du député Jean-Pierre Decool dans la 14ème circonscription du nord.

Élu président du Syndicat Intercommunal des Dunes de Flandres (SIDF), le 5 mai 2014.

En 2015, en binôme avec Martine Arlabosse, Maire-adjointe de Malo-les-Bains, il sort vainqueur des élections départementales sur le Canton de Dunkerque-2 et devient conseiller départemental du Nord.

La même année, il est nommé président de la commission locale d’information (CLI) de la centrale nucléaire de Gravelines.

Il est vice-président du Conseil départemental du Nord, chargé de la politique environnementale, de l’eau et du développement durable.

Candidat aux élections législatives françaises de 2017, accompagné de son suppléant Frédéric Devos, maire de Wormhout, il se qualifie en tête au premier tour avec 13.004 voix et 26,67 % des suffrages exprimés . Le 18 juin 2017, il remporte l’élection au second tour face au candidat REM Julien Lemaitte avec 25.162 voix et 63,88 % des suffrages exprimés.

Fin octobre 2017, il relaie à l’Assemblée nationale, avec des députés LR, un amendement portant sur la fiscalité des entrepôts et fourni par le Medef et la Confédération des petites et moyennes entreprises.

En novembre 2017, il participe à la création d’Agir, la droite constructive.

En février 2018, il est désigné président de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires, alors que le poste était convoité par Julien Aubert du groupe LR, concurrent du sien.